Mamadou Bonkoungou est le PDG du groupe EBOMAF, fondé en 1989.  Né le 23 mai 1966 à Dédougou (Burkina Faso), M. Bonkoungou est le président directeur général d’EBOMAF (Entreprise Bonkoungou Mahamadou et fils).

À 55 ans, Mahamadou Bonkoungou appartient à l’élite du monde des affaires en Afrique de l’Ouest francophone. EBOMAF, son groupe de BTP fondé en 1989, réalise un chiffre d’affaires de plus de 1 milliard d’euros. Et, à la fin de 2019, son carnet de commandes affichait près de 1 000 milliards de F CFA de projets routiers et aéroportuaires. Si l’entrepreneur se défend d’entretenir des relations directes avec les chefs d’État de la zone. Son agenda le confirme très bien.

Monsieur Mahamadou Bonkoungou est le PDG d’EBOMAF, l’une des plus grandes entreprises qui participe à l’essor de l’économie ouest-africaine. Cet homme représente le cerveau derrière EBOMAF. Zoom sur le parcours de Mahamadou Bonkoungou

Lire aussi  Ngina Kenyatta, la femme la plus riche du Kenya

Le parcours de l’homme de fer

Concernant son parcours scolaire, M. Bonkoungou a effectué pratiquement tous ses cycles primaire et secondaire entre Dédougou, Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. Après l’obtention du Baccalauréat D, il décida de se lancer dans le commerce.

Son premier pas dans le monde entrepreneurial fut l’ouverture d’une boutique de vente de cassettes de musique, qu’il importait de Lomé, de Monrovia et de Lagos. Il ramenait aussi de ces villes des groupes électrogènes et des appareils de musique qu’il revendait. Ayant rapidement pris goût au business, il s’est ensuite lancé dans le commerce de l’or avec la mine de Kalsaka dans la province du Yatenga. Il rachetait aux orpailleurs le métal précieux à l’état brut, qu’il emportait ensuite vers Cotonou et revenait avec des pièces détachées de moto et des appareils électroménagers. Il s’est donc fait connu dans sa ville de Yako à l’époque pour ces différentes activités qu’il a exercées pendant plusieurs années.

Lire aussi  L’Art d’être Riche : la série documentaire Netflix basée sur le best-seller de Ramit Sethi arrive le 18 avril

Baignant dans la pure tradition d’entrepreneurs de ses aînés, M. Bonkoungou  a vite compris que pour gagner gros, il faut viser grand. C’est alors qu’il crée son entreprise EBOMAF en 1988. Il se lance, dans un premier temps, dans le commerce général et commence à se faire un nom dans la région de la Boucle du Mouhoun, au centre ouest du pays (Burkina Faso). Profitant du souffle de la libéralisation économique, en tant que bon entrepreneur, il se lance ensuite dans le BTP à la fin des années 1990 et grignote quelques parts des marchés locaux. Avec ce nouveau secteur (le BTP), M. Mahamoudou Bonkoungou est vite devenu en quelques années une icône dans la sous région ouest Africaine dans tout ce qui concerne la construction des infrastructures de nouvelle génération.

Lire aussi  Don Jazzy, un nom qui fait vibrer l'industrie musicale nigériane !

Ayant donc acquis une solide expérience dans le domaine du BTP, Bonkoungou profite et développe son carnet d’adresses pour décrocher des grands marchés dans la sous-région ouest-africaine. Aux côtés de Cogeb de Moctar Mando, l’Africaine des travaux publics (ATP) de Mahamadi Sawadogo, CGE de Saidou Tiendrébégo et BTM d’Henriette Kaboré, EBOMAF a trouvé sa place parmi les masto­dontes du BTP local. Il est sur les grands chantiers au Benin, au Burkina, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Togo.

Close