2 Min

Avec une fortune estimée à 41O millions de dollars, Jean-Louis Billon, l’ancien ministre du Commerce de la Côte d’Ivoire, est l’un des hommes les plus prisés pays.

Jean-Louis Billon, ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-ci), a fait son entrée dans le 3ᵉ gouvernement sous Alassane Ouattara. Il a été le chef du ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME en remplacement du ministre Dagobert Banzio.

Né le 8 décembre 1964, une cuillère en or dans la bouche, l’Ivoirien a connu l’enfance classique du rejeton d’une famille très fortunée. D’ailleurs, dans des propos que lui prête la presse française, il confie s’inspirer de Félix Houphouët-Boigny et de Jacques Chirac « auprès desquels il jouait enfant ».

Jean-Louis Billon est le fils de Pierre Billon, fondateur de la Société immobilière et financière de la Côte africaine (SIFCA).

Lire aussi  Comment soutenir un ami qui a perdu son emploi : 10 astuces pour l'aider à rebondir

Distinctions et publications

Légion d’honneur française, Officier de l’ordre du mérite ivoirien, commandeur dans le mérite sportif ivoirien, chevalier de l’ordre du mérite congolais

Un parcours exceptionnel

Il commence sa carrière professionnelle aux États-Unis chez le négociant de cacao Grace Cocoa, avant de revenir en Côte d’Ivoire, en 1995, au sein du groupe SIFCA, comme secrétaire général de l’entreprise familiale. 5 ans après, il est nommé directeur général de l’entreprise.

 Après la mort de son père, Jean-Louis Billon est nommé président du conseil d’administration de la SIFCA, en décembre 2001. La même année, il est élu maire de Dabakala, d’où est originaire sa famille paternelle, et désigné membre du Conseil économique et social.

En 2004, Jean-Louis Billon a participé, avec quelques membres de la société civile ivoirienne CSCI, à l’élaboration de scénarios qui devaient permettre à la Côte d’Ivoire de sortir de la crise dans laquelle elle est plongée depuis décembre 1999. Au plan économique, il a lancé une campagne à travers l’Europe et les pays émergents. Le 26 mai 2008, il a plaidé dans les locaux du Medef à Paris pour le retour des investisseurs français en Côte d’Ivoire.

Lire aussi  5 qualités de leadership les plus admirables à apprendre de Michelle Obama

Il est nommé conseiller économique et social en 2001, vice-président de la chambre régionale UEMOA depuis 2002 et vice-président pour l’Afrique de l’Ouest de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones depuis 2004.

Le 13 décembre 2007, il prend la tête du Comité national de Soutien aux Eléphants.

Le 27 juin 2010, après la campagne du mondial sud-africain et le retour des supporters, le président Jean-Louis Billon démissionne de la présidence du CNSE.

Lire aussi  15 étapes pour créer une entreprise en partant de zéro

Ambition politique

 En 2020, il présente sa candidature à l’investiture du PDCI à l’élection présidentielle avant de renoncer en juin 2020 et de se résigner à apporter son soutien au candidat du parti depuis les années 90, Henri Konan Bédié.

En mars 2021, il bat le député sortant Aboubacary Coulibaly en obtenant 47,64% des suffrages, ce que les observateurs considèrent comme une petite prouesse dans une région acquise depuis des années au RDR du président Alassane Ouattara.

En octobre 2021, Jean-Louis Billon annonce sa candidature à l’élection présidentielle prévue pour 2025

Close