Meta a récemment pris des mesures pour renforcer la surveillance des contenus publiés sur ses plateformes, y compris Facebook, et a supprimé des centaines de milliers de messages depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas.

Le groupe a mis en place une cellule dédiée, composée notamment de personnes parlant arabe et hébreu, pour retirer plus rapidement les contenus qui violent les règles et les consignes de l’entreprise. Les restrictions imposées par Meta se concentrent particulièrement sur les contenus à caractère violent, choquant et haineux. Au cours des 72 heures suivant l’attaque surprise du Hamas sur le territoire israélien samedi dernier, Meta a retiré ou assorti d’un avertissement environ 795 000 messages rédigés en arabe ou en hébreu.

Lire aussi  Twitter : Elon Musk annonce la suppression des comptes inactifs sur la plateforme

Meta vise à limiter la propagation de contenus qui pourraient contribuer à la désinformation, à la polarisation ou à l’incitation à la violence en ligne. Le groupe a également pris des mesures pour empêcher la recommandation de messages jugés «potentiellement» non conformes aux règles de l’entreprise ou lorsqu’ils sont considérés comme «limite». Il a également décidé de supprimer tout contenu pouvant conduire à l’identification d’un ou plusieurs des otages actuellement détenus par le Hamas.

Lire aussi  WhatsApp se met à jour : modifiez désormais vos messages en un clic
Close