2 Min

Le gouvernement de la Somalie a récemment pris une décision significative en interdisant trois plateformes internet populaires : TikTok, l’application de messagerie Telegram et le site de paris en ligne 1XBet. Cette annonce a été faite par le Ministre de la Communication, Jama Hassan Khalif, qui a cité la propagation de contenu indécent et de propagande comme raison principale de cette mesure.

La Somalie rejoint ainsi la liste croissante de pays préoccupés par les conséquences des médias sociaux sur leur société. La décision d’interdiction a été motivée par le besoin de lutter contre la désinformation, comme l’indique la déclaration officielle : “Le Ministre des communications a ordonné aux entreprises internet de cesser l’utilisation de ces applications, largement utilisées par les groupes terroristes et immoraux pour diffuser en permanence des images choquantes et de la désinformation au public.”

Cette interdiction intervient à la suite des récentes déclarations du Président somalien Hassan Sheikh Mohamud, annonçant une offensive militaire contre Al Shabaab, avec pour objectif d’éliminer ce groupe lié à Al-Qaïda dans les cinq prochains mois. En effet, les membres d’Al Shabaab ont souvent utilisé TikTok et Telegram pour partager des informations sur leurs activités.

Lire aussi  Top 5 des pays les plus innovants d'Afrique !

Les fournisseurs de services internet opérant en Somalie ont été donnés jusqu’au 24 août pour se conformer à cette ordonnance. Notons également que le site de paris en ligne 1XBet jouit d’une popularité particulière en Somalie, notamment pour les paris sur les matchs de football.

Cette interdiction s’inscrit dans un contexte mondial où TikTok, l’application de médias sociaux détenue par l’entreprise chinoise ByteDance, fait face à des interdictions dans de nombreux pays. Aux États-Unis, les préoccupations concernant les liens présumés avec le gouvernement chinois ont conduit à des menaces d’interdiction, tandis que l’Inde a déjà banni la plateforme en 2020 en raison de préoccupations liées à la sécurité des données.

Lire aussi  iOS 17 : Apple révolutionne la communication en permettant à votre iPhone de parler à votre place

De plus, d’autres pays et instances gouvernementales telles que le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada, l’Union européenne, la France et la Nouvelle-Zélande ont également interdit l’application sur les appareils officiels.

Au Kenya, l’Assemblée nationale examine actuellement une pétition visant à interdire TikTok dans le pays. Cette pétition, déposée par le PDG de la société de conseil numérique Bridget Connect Consultancy, Bob Ndolo, souligne le manque de régulation de la plateforme qui, selon lui, favorise la violence, le contenu sexuel explicite, les discours de haine et les comportements offensants parmi les jeunes.

Bien que les réactions à cette interdiction varient au Kenya, l’Assemblée a fait part de l’importance socio-économique croissante de TikTok auprès des jeunes, ce qui pourrait compliquer une interdiction totale.

Lire aussi  Instagram annonce son nouveau réseau social textuel pour concurrencer Twitter

En somme, l’interdiction de TikTok, Telegram et 1XBet en Somalie reflète les inquiétudes croissantes des gouvernements du monde entier quant aux effets potentiels des médias sociaux sur la société et la désinformation. Cette décision suscite également un débat mondial sur la régulation de ces plateformes pour garantir la sécurité et le bien-être des utilisateurs.

Close