1 Min

Isabel Dos Santos, la fille milliardaire de l’ancien président angolais, se retrouve une fois de plus au cœur d’un scandale financier. Cette fois-ci, elle est impliquée personnellement dans un procès de 400 millions de dollars intenté par le fournisseur de télécommunications angolais Unitel contre sa société néerlandaise Unitel International Holdings (UIH).

Le litige en cours implique des allégations de “saisie illégale par l’État angolais des actifs de l’UIH”, qui ont entravé la capacité de l’UIH à rembourser les prêts accordés en 2012 et 2013 pour soutenir l’achat d’actions de la société de télécommunications. Bien que les deux entreprises ne soient pas liées, Dos Santos, propriétaire d’UIH, avait demandé à être personnellement incluse dans le procès d’Unitel contre l’UIH.

Lire aussi  De la banque à la transformation de cacao : le parcours impressionnant de Josiane Salomé Tchoungui

Cette décision du juge Mark Pelling signifie que la jeune femme devrait être incluse dans le litige en cours. Elle est depuis longtemps la cible d’accusations de corruption, y compris celles portées par l’Angola selon lesquelles elle et son mari auraient détourné 1 milliard de dollars de fonds publics vers des entreprises dans lesquelles ils détenaient des participations alors que son père était président.

Lire aussi  Alerte aux piratages : La mise à jour de Google Chrome dissimule un danger imminent

En conséquence, ses avoirs en Angola d’une valeur de près d’un milliard de dollars ont été confisqués l’année dernière, et d’autres biens qui lui sont liés ont été saisis au Portugal. Dos Santos, qui prétend résider à Dubaï, a catégoriquement réfuté toutes les accusations portées contre elle, et ses avocats les ont qualifiées de “complot politique”.

Lire aussi  TikTok reste suspendu au Sénégal malgré les négociations avec des émissaires de l'application
Close