Ayité Maureen

Maureen Ayité : L’histoire cachée derrière Nana Wax

3 Min

Sans passion, vous n’avez pas d’énergie et sans énergie, vous allez vite abandonner. D’une simple passion, Maureen Ayité a réussi à créer un empire du pagne. Allons à la découverte du parcours exceptionnel de l’Amazone.

Née en mars 1988 (34 ans) à Levallois-Perret, France, Maureen Ayité est une entrepreneure franco-béninoise qui a réussi le pari d’amasser une fortune dans la vente de pagne avec son entreprise Nanawax.

Nanawax, comme on l’appelle, valorise les pagnes africains à travers ses créations.  Autodidactes, ses œuvres sont inspirées du pagne wax, du bogolan et du brassage des cultures africaines et occidentales

Elle se voit en faire le Zara Africain. C’est un label et une étiquette. Peut-être ne s’en doute-t-elle pas, mais Nanawax a le potentiel d’une marque mondiale. C’est déjà une religion et un mode de vie pour ainsi dire.

Le parcours de Maureen Ayité

En 2008, Maureen Ayité part poursuivre ses études à Paris et décide d’ouvrir un groupe Facebook où elle publiait ses créations. Vendre des créations n’était pas du tout sa vision. Mais très vite, beaucoup de personnes lui demandaient de leur reproduire un modèle. Ce qu’elle faisait sans être rémunéré. Mais devant la demande grandissante, elle eut une idée pour financer son stage en Bulgarie dans le cadre de ses études.

Lire aussi  Top 10 des entreprises leaders du continent africains en 2022

Durant un été, je suis rentrée chez ma grand-mère avec les 1500 € de ma bourse d’étude. Le voyage ayant coûté 1000 €, il ne me restait que 500 € avec lesquels j’ai commencé mon business. J’ai pris les « 1 mètre » de tissus de ma grand-mère que j’ai amené chez des tailleurs. Parce que je ne sais pas coudre. J’ai fait les accessoires et eux les modèles. J’ai mis un tout petit message sur Facebook : « Venez acheter. J’organise une petite vente privée chez une amie. ». Je voulais juste un peu d’argent de poche pour aller en Bulgarie faire mon stage à l’école des sourds. Je n’avais aucune ambition d’ouvrir une boutique ou de créer une marque. Quand le jour de la vente privée arriva, dans un appartement de 18 m2, il y a eu près de 200 personnes pour une vingtaine de bracelets, je me suis dit qu’il y avait là un véritable besoin. Je m’attendais à voir à peine dix personnes ! Je ne savais pas que les gens suivaient autant ma page. J’ai appelé l’école des sourds et je leur ai dit : « On va repousser le stage de trois mois le temps que je me fasse un peu plus d’argent ». Sauf que j’ai continué de ventes privées en ventes privées. Je n’ai plus jamais fait le stage. “ A confié Maureen Ayité.

Lire aussi  6 erreurs à éviter pour une jeunesse épanouie

Malgré les réticences de son entourage à l’époque, elle délaisse ses études. Le succès de ce groupe devient important alors, elle retourne en 2012 au Bénin puis fonde Nanawax, en référence à la Nana Benz.

Au sommet de son art

En 2015, Maureen est citée dans le magazine Forbes Afrique comme faisant partie des 30 talents d’avenirs, bâtisseurs de l’Afrique francophone.

Lire aussi  Étude : À quoi rêvent la plupart des Africains ?

En 2019, sa collection Nanawax occupe la 17e place dans la liste des marques préférées en Afrique. Nanawax organise des ventes privées un peu partout dans les grandes capitales du monde. Ses créations sont portées par Flora Coquerel lors de l’élection Miss France 2016 et l’artiste Black M lors de la cérémonie des NRJ Music Awards 2016.

Philanthrope

Maureen Ayité accorde une grande importance à l’implication sociale et économique de son entreprise au Bénin. Elle apporte son soutien aux victimes des inondations sévissant à Abidjan en juin 2020. 5 % des bénéfices de Nana Wax sont reversés à des orphelinats et à des organisations caritatives.

Et vous, qu’est-ce qui vous passionne et que vous pouvez transformer en business ? Réfléchissez sérieusement à cette question. On ne sait jamais !  Si vous prenez la décision maintenant, vous pouvez devenir le sujet central du prochain article.

Close